Amours et lavande

La senteur de la lavande se répand, mais celle de l’amour flottera-t-elle aussi dans l’air ?

Résumé

Le domaine de l’Olgo du Sud cherche un lavandiculteur pour reprendre l’affaire ! La propriétaire l’offrira à celui qui lui prouvera ses compétences et son amour du métier. Qui d’Iris ou de Jonathan remportera le domaine ? Ou serait-ce le viticulteur, Matt Revillas, qui accaparera les terres tant convoitées et fera fondre le coeur d’Iris ? Ces trentenaires verront s’affronter les passions sous le ciel de Provence. Attention, le temps est compté !

Extrait

Des cailloux crissent sous les pneus d’une voiture qui arrive. Le charme est rompu. Iris se retourne. Elle aperçoit un jeune homme blond à la barbe de trois jours qui la regarde. Le véhicule se gare à côté du scooter. Une femme d’un certain âge en sort. Elle se demande bien qui sont ces personnes avec d’énormes sacs. Jonathan s’approche d’elle, ainsi qu’Iris, qui revient sur ses pas.
— Bonjour, jeunes gens. La boutique est fermée en ce moment. Vous êtes sur une propriété privée, ici.
— Bonjour, je viens pour l’annonce, je m’appelle Iris Canorve.
— Bonjour, moi aussi. Je suis Jonathan Robin.
— Quelle annonce ?
— Vous êtes madame Pauline Sauliva ?
— C’est moi, oui, répond, étonnée, la vieille femme.
— L’annonce offrant le domaine de l’Olgo du Sud à qui saurait s’en occuper avec amour, dit Iris, hésitante.
Les joues de Pauline s’empourprent. Comment ? Qui a osé ? Ses terres à elle ! Elle a besoin de s’asseoir. Jonathan perçoit son malaise et ouvre vite la portière de la voiture tout en lui tenant le bras.
— Venez, posez-vous un instant, dit-il en l’entraînant.
— Merci, dit Pauline qui essaie de reprendre son souffle.
— Buvez un peu d’eau, dit le jeune homme en lui tendant une bouteille.
La femme lui sourit timidement et obéit. Iris les regarde bêtement. Que se passe-t-il ? Elle ne comprend plus rien.
— Ça va mieux. Merci, déclare Pauline, qui tente de faire bonne figure.
Elle pose sa main sur le bras de Jonathan et lui offre un sourire. Remarquant qu’Iris a sorti son téléphone, elle lui dit :
— Demoiselle, pas besoin de prévenir les secours, merci, tu peux ranger ton portable, ajoute-elle en fermant les paupières et en inclinant la tête en remerciement. Comme vous avez dû le comprendre, je n’étais pas au courant que j’avais passé une annonce… Mais je pense savoir qui l’a fait pour moi… Venez, entrons dans la maison boire une limonade pour en discuter.
Elle se lève, toujours avec Jonathan à ses côtés au cas où. La prévenance de ce jeune homme lui fait du bien.
Des crissements de pneus se font entendre tandis qu’ils sont devant la porte d’entrée. Une voiture flamboyante, des plus modernes arrive rapidement.
— Voilà la coupable, dit Pauline froidement.

Une belle femme, la soixantaine passée, en tailleur noir, escarpins rouges et chevelure blond nacré en descend.

— Vous êtes tous là, merveilleux ! Les présentations sont faites ?

Pauline lui décoche un regard foudroyant.

Merci pour vos commentaires

Coralie Lepage

Commenté en France le 6 novembre 2021

Mel35

Commenté en France le 30 août 2021

CGV

(c) tous droits réservés - Cély Maurilonac - 2021